Plan de rentrée 2020/2021

Plan rentrée 2020

Fiche 1 – Organisation sanitaire de la rentrée 2020

Fiche 2 – Organisation pédagogique de la rentrée 2020 - MAJ 26/09/20

Fiche 3 – Stratégie de gestion des cas (probables, possibles et confirmés), des contacts à risque et des clusters - MAJ 26/09/20

Fiche 4 – Articulation des pouvoirs de police en matière de fermeture d’établissements pour des causes sanitaires - MAJ 26/09/20

Guide Plan de relance de l'apprentissage

Circulaire relative à la prise en compte dans la fonction publique de l'Etat de l'évolution de l'épidémie de covid-19

Plan pour la préparation de la rentrée universitaire 2020.

Conformément à la circulaire adressée par le Gouvernement le 1er septembre 2020 pour la préparation de la rentrée universitaire 2020, vous trouverez ci-dessous les dispositions qui s’appliqueront à l’université de Tours pour faire face à l’épidémie de Covid-19, et ce à compter du lundi 31 août prochain et jusqu’au 31 octobre 2020. Ces consignes peuvent évoluer en fonction de la situation épidémique et des consignes sanitaires du Gouvernement. Ce plan de rentrée a été soumis au CHSCT le 25 août 2020. Ces recommandations s’ajoutent aux dispositions prévues par les composantes pour l’organisation de la rentrée universitaire. Elles seront mises en œuvre dès la rentrée, en concertation avec la communauté universitaire.

1 – Les mesures barrières et les mesures sanitaires applicables à l’ensemble de l’établissement.

Les mesures barrières et les mesures sanitaires suivantes seront mises en place dès le 31 août :

  • le port du masque est obligatoire dès l’entrée dans l’enceinte de l’université (extérieur comme intérieur). Il est obligatoire pour tout le monde, tout le temps dans les établissements d’enseignement supérieur (cf la dépêche AEF) . Même si le port du masque est obligatoire, le maintien d’une distanciation physique de 1 mètre entre individus continue d’être recommandé, dans toute la mesure du possible. Pour les bibliothèques, le port du masque et les règles de distanciation physiques sont cumulatives. L’université mettra à disposition des masques pour son personnel ;
  • dans les espaces communs (tisanerie ou salle de convivialité), il faudra veiller à respecter les consignes sanitaires (port du masque – ventilation régulière – nettoyage une fois par jour…) ;
  • la ventilation mécanique ou manuelle des espaces doit être effectuée avec une aération de 10 à 15 minutes au moins deux fois par jour, en l’absence des étudiants, dans le respect des consignes sanitaires spécifiques applicables ;
  • une gestion des flux de circulation destinée à éviter les regroupements et croisements trop importants d’individus sera organisée ;
  • l’application stricte des gestes barrières, et en particulier une hygiène des mains fréquentes ;
  • Un nettoyage de routine des locaux une fois par jour ;
  • les étudiants et les personnels présentant des symptômes évoquant la Covid19 doivent rester à leur domicile et se faire dépister.

Concernant enfin les instances de concertation ou les réunions, il convient de privilégier la visioconférence. Si l’organisation en présentiel est néanmoins jugée nécessaire pour la bonne tenue de la réunion, le port du masque est obligatoire durant toute la durée de la réunion. Par ailleurs, les évènements festifs (repas de service par exemple) sont fortement déconseillés. Concernant les colloques, ils peuvent se tenir dans le respect des gestes barrières. Concernant la pause déjeuner durant les colloques, les buffets sont à proscrire. Enfin les déplacements restent possibles en France comme à l’étranger, même si la visio conférence doit être privilégiée.

2 – Les consignes pour les étudiants.

Comme cela a été indiqué par le ministère, il incombe aux étudiants de se doter de masques qui devront être portés dès l’entrée dans l’enceinte de l’université et durant toute la journée. Si un étudiant refuse de porter un masque, l’université se verra contrainte de lui interdire l’accès aux locaux.

Les bibliothèques universitaires seront ouvertes aux usagers, dans des conditions permettant le respect des consignes sanitaires (port du masque obligatoire). L’accès à distance de la documentation électronique et le prêt devront rester privilégiés.

L’accès aux espaces collectifs ainsi qu’aux locaux dédiés à la vie étudiante est possible dans le respect des consignes sanitaires (port du masque – ventilation régulière – nettoyage une fois par jour). Les activités culturelles sont possibles si les règles sanitaires sont respectées, et avec l’accord de la direction de l’université. Les activités sportives, à l’exception des évènements festifs et des stages, sont à nouveau possibles au sein de l’établissement, sous réserve de confirmation par le service universitaire d’activités physiques et sportives (SUAPS).

Les Centres de Ressources en Langue (CRL) ainsi que les salles informatiques seront accessibles. Du gel hydroalcoolique sera mis à disposition à l’entrée et à la sortie de ces salles.

Les étudiants continueront d’être accompagnés durant cette période. Ainsi :

  • le service de santé universitaire continuera d’assurer un accès aisé aux soins. Les dispositifs préventifs et curatifs sont reconduits. Les actions en matière de prévention des addictions et des risques liés aux évènements festifs sont maintenues. Les soirées ou weekends d’intégration sont interdits dans les locaux de l’université et fortement déconseillés à l’extérieur ;
  • en matière d’accompagnement social, l’université et le CROUS feront mieux connaitre les aides sociales existantes ;
  • l’université continuera d’accompagner les étudiants durant cette crise sanitaire.

3 – Les consignes pour les enseignants et enseignants-chercheurs.

Même si nous espérons tous que la rentrée pourra se tenir en présentiel, une reprise de l’épidémie et un reconfinement partiel doivent être anticipés. L’université s’organise pour proposer à chaque enseignant et enseignant-chercheur un accompagnement adapté lui permettant de dispenser des cours à distance ou hybrides grâce aux outils numériques. Ainsi, les personnes volontaires se verront proposer des formations aux outils (Célène – Teams). Elles pourront demander l’appui du CAPE (cape@univ-tours.fr) pour élaborer des cours à distance et disposeront de salles adaptées pour des cours à distance ou des captations vidéo (les locaux de la DPNM, notamment, seront mis à disposition pour ces captations).

Une attention et une organisation spécifique pourront être nécessaires au bénéfice des étudiants et enseignants relevant de la catégorie des personnes à risque de forme graves de Covid-19 afin qu’ils puissent suivre ou dispenser les cours, en limitant les risques pour leur santé.

Si nous souhaitons tous conserver le maximum d’activités en présentiel, il conviendra de garantir néanmoins le respect des consignes sanitaires. Toutes les mesures devront être étudiées pour assurer ce double objectif. A titre d’exemple, l’étalement des horaires peut permettre de favoriser le respect de ces consignes.

S’agissant des colloques ou séminaires, ils peuvent se tenir dans les mêmes conditions que les autres activités universitaires autorisées (masques, distance physique, gestes barrières). Il appartient néanmoins aux organisateurs d’indiquer au directeur de la composante, pour validation, et aux participants les règles sanitaires mises en œuvre pour protéger la santé des participants. Les soutenances de thèses et HDR peuvent à nouveau se tenir elles aussi en présentiel, dans le respect des consignes sanitaires.

4 – Les consignes pour les personnels Biatss.

A titre de rappel, le port du masque est obligatoire dans les bureaux comme dans les espaces communs.

Pour limiter le nombre de personnes présentes dans les locaux, le télétravail continue d’être privilégié quand il est possible. Ainsi, il est recommandé, pour les agents dont l’activité le permet, de se mettre en télétravail 2 jours par semaine (même pour les agents à temps partiel. Une personne à 80 % ne peut donc prendre que deux jours en télétravail pour être au minimum deux jours au bureau) et 3 jours au maximum, en fonction des contraintes de service et avec l’accord du chef de service. Cette mesure permet à la fois de limiter le nombre de personnes sur le site, sans nuire au collectif de travail, chaque agent devant se rendre au moins 2 ou 3 jours par semaine sur son lieu de travail. Pour les personnels nouvellement nommés dans l'établissement, pour lesquels il est requis une ancienneté de 6 mois sur le poste pour pouvoir bénéficier du télétravail, il sera possible d'autoriser le télétravail avant la période de 6 mois d'ancienneté dès lors que l'agent sera jugé suffisamment autonome sur son poste par son responsable hiérachique. Les personnes qui présentent un risque de comorbidité constaté par le médecin traitant peuvent poursuivre leur activité en télétravail à raison de 5 jours par semaine.

Ce dispositif de télétravail ne s’applique pas aux personnels dont l‘activité n’est possible qu’en totalité en présentiel (services de logistique et de maintenance – service commun de documentation etc…).

Il appartient aux directeurs de composante, aux directeurs d’unités, aux responsables administratifs et aux directeurs et chefs de service de mettre en place cette nouvelle organisation du travail, en concertation avec les personnels concernés. Cette nouvelle organisation est encore transitoire, dans l’attente de la modification de notre protocole de télétravail que nous discuterons prochainement avec les représentants des personnels.

Nous avons conscience que ce plan de rentrée peut sembler contraignant. Il est élaboré sur la base des recommandations du Gouvernement et doit nous permettre, en l’appliquant strictement, de limiter les risques de propagation de l’épidémie. Ce plan est naturellement susceptible d’évoluer en fonction de la situation sanitaire et des instructions que nous recevrons de notre tutelle, et après avis du CHSCT et échanges avec les directeurs de composante.