Partager

Focus sur les tests Covid

Quand est-ce que je fais quel test ? 4 situations

  • Je suis cas contact ou je fais partie d’un cluster : test RT-PCR ou test antigénique
  • J’ai des symptômes depuis 4 jours ou moins : test antigénique ou test RT-PCR
  • J’ai des symptômes depuis plus de 4 jours : test RT-PCR
  • Je n’ai pas de symptômes mais je souhaite faire un test : test RT-PCR

Une fois que j’ai le résultat de mon test, est ce que je dois le confirmer par un test RT-PCR de contrôle ?

  • Si le test est positif : non
  • Si le test est négatif : non, sauf si je suis symptomatique ET que soit que j’ai un facteur de risque de forme sévère (antécédent cardiovasculaire, diabète, pathologie chronique respiratoire, insuffisance rénale chronique, cancer, obésité…) soit que j’ai plus de 65 ans

Mon test est positif, que dois-je faire ?

  • Isolement immédiat : doit durer 7 jours à compter des premiers symptômes ou 7 jours après la réalisation du test si je n’ai pas de symptômes ; si j’ai de la température, j’attends jusqu’à 48h après disparition de la fièvre pour sortir de l’isolement.
  • Prise en charge médicale

Test RT-PCR, antigénique… Quésaco ?

Ce sont tous les deux des tests qui détectent la présence du virus à un instant t, ils répondent donc à la question « Le virus est-il détecté dans mon organisme ? ». Ils se font par prélèvement naso-pharyngé, c’est-à-dire avec un écouvillon dans le nez. Ils sont gratuits et sans ordonnance.
Test RT-PCR : il détecte l’ARN du virus. C’est LE test de référence pour toutes les situations car il est le plus sensible, c’est à dire que c’est celui qui passe à côté de moins d’infections. Son défaut c’est son délai de réponse de 24 à 48h qui ne permet pas une mise en isolement rapide, ce qui ne permet donc pas d’interrompre la transmission virale aussi rapidement qu’on le voudrait.
Test antigénique : il détecte les protéines à la surface du virus, il est présenté sous deux formes TDR et TROD. Son grand avantage une réponse en moins de 30 minutes et permet donc une réponse par un isolement rapide lors de tests positifs et a donc un impact positif sur la transmission virale. Par contre il est moins sensible, c’est-à-dire qu’il peut passer plus souvent à côté d’infections.

Et les tests salivaires et sérologiques alors ?

Ces deux tests ne sont que très peu recommandés car ils ne sont pas encore assez performants. Dans quelques cas cependant, ils peuvent servir. Le test salivaire est également une RT-PCR qui détecte l’ARN du virus, mais sur la salive. Le seul cas où il est recommandé est chez les sujets symptomatiques quand il est impossible ou très difficile de réaliser un test RT-PCR sur prélèvement naso-pharyngé. S’il s’avère positif il faudra le réaliser une deuxième fois pour valider le résultat. Cette recommandation a été validée par la Haute Autorité de Santé fin novembre, mais les tests ne sont pas encore disponibles.
Le test sérologique détecte les anticorps par prise de sang, il répond à la question « a-t-on été en contact avec le virus ? ». Il est recommandé dans les cas où une RT-PCR n’aurait pas pu être faire avant le 7ème jour après le début des symptômes et chez les professionnels de santé et d’hébergements collectifs sous certaines conditions.

Sources principales :

  • MINSANTE n°2020_197
  • MINSANTE n°2020_198
  • DGS-urgent n°2020_57
  • Synthèse HAS « Revue rapide sur les tests de détection antigénique du virus SARS-CoV-2 »
  • Avis HAS n° 2020.0081/AC/SEAP
  • Rapport d’évaluation HAS « Place des tests sérologiques dans la stratégie de prise en charge de la maladie COVID-19 » et « Place des tests sérologiques rapides (TDR, TROD, autotests) dans la stratégie de prise en charge de la maladie COVID19 »